MONTAñAS

Escapades en terres Colombiennes

AUTHOR: Robin Pueyo

De toutes les idées reçues entendues en France sur la Colombie était née chez nous l’envie d’en savoir plus, d’aller poser nos baskets imperméables fraichement achetées pour nous faire notre propre opinion sur ce pays. Son fonctionnement global, ses gens, sa culture et bien sûr sa gastronomie avaient d’après nous beaucoup de belles choses à partager.

 

C’est donc là qu’allait commencer notre long périple terrestre en Amérique du sud !

 

Notre arrivée en Colombie s’est faite dans la cité mythique de Carthagène, lieu historiquement connu comme lieu d’entrée des espagnols à l’époque de la colonisation et comme étant une ville côtière caribéenne enivrée.

 

Possédant un centre historique incroyablement vivant et coloré, la ville profite d’un attrait touristique fort mais nous avions déjà décidé d’aller loger dans un quartier plus commun de la ville pour essayer d’aller à la rencontre d’une vie locale plus réaliste, ni lisse ni aseptisée.

 

C’est donc dans le barrio Los Alpes que nous avons posé pour la première fois nos valises, chez Charly et Monica, un couple de jeunes colombiens dynamiques et adorables.

 

Nous y avons passé notre première semaine d’acclimatation plongée dans un rythme colombien effréné. Une vraie sortie de notre zone de confort, bénéfique pour notre ouverture d’esprit et pour la suite de notre voyage.

 

  • LES COLOMBIENS ET LEUR IMMANQUABLE CHALEUR HUMAINE

 

Avec deux trois mots mal prononcés d’espagnol au départ, c’était tout de même à chaque fois un accueil chaleureux que nous réservaient les colombiens ! Entre le gérant de la tienda du coin de la rue a qui on apprend un mot de français tout sourire, le vendeur ambulant d’arepas ou celui du fameux « tinto » (café), on ne pouvait que se sentir à l’aise dès la moindre interaction.

 

Au travers de rencontres plus longues aussi, nous avons eu la chance d’y vivre de sublimes moments de partage et d’engranger d’inoubliables souvenirs. Avec le désir de créer de vrais échanges interculturels, nous essayions à chaque rencontre de partager quelque chose avec nos interlocuteurs sur notre culture européenne par exemple ou tout autre sujet.

 

Au delà de notre propre expérience enrichissante du voyage, nous souhaitions apporter quelque chose aux colombiens en retour, leur exprimer notre intérêt et notre reconnaissance et participer au maximum à l’instauration d’une relation respectueuse entre nous visiteurs et eux locaux..

 

Avec une vision du voyage équitable se façonnant petit à petit au fond de nous, nous étions attentifs à ne pas remplir le rôle du tourisme de masse, destructeur plus qu’autre chose, mais plutôt être acteur d’une vraie relation d’échange et de partage bénéfique pour les deux parties.

 

Du fait d’une ouverture aux autres facilitée en voyage, nous étions forcément prédisposés à faire de nombreuses rencontres lors de ce long périple et celles faites en Colombie resterons fort longtemps ancrées dans nos cœurs.

 

Pour l’illustrer, je repense notamment à notre rencontre avec Franckly et Giovanna de Bogota, que nous avons eu la chance de rencontrer furtivement lors d’un trek dans le Páramo de Oceta.

 

 

Une rencontre qui s’est finalement transformée en une semaine inoubliable dans la capitale, gracieusement hébergés dans une chambre de leur appartement de Chapinero, rythmée de somptueux moments passés tous les quatre!

 

Ou à la rencontre d’Isabel, adorable gérante de l’hostel Mi Ranchito en Barichara, à la générosité naturelle et d’une bienveillance sans faille.

 

Avec qui nous avons noué une de ces relation simple mais profondément sincère, pimentée de ces petits gâteaux que nous lui ramenions, de gorgées de « sabajon » (lait de chèvre fermenté alcoolisé) ou de ce succulent repas offert de sa part pour notre dernier « almuerzo » entre autre. Des rencontres que nous n’oublierons jamais.

 

 

Et c’est, sans aucun doute, ce que chaque voyageur responsable posant ses valises en Colombie connaîtra, une très chaleureuse relation avec ses habitants.

 

  • LE TOUT DANS UNE DIVERSITE NATURELLE ET CULTURELLE FASCINANTE

 

J’en suis maintenant sûr, un livre de du fameux auteur colombien Gabriel Garcia Marquez sera votre meilleure référence pour vous accompagner dans la découverte de cette multitude d’environnements différents.

 

À commencer par l’incroyable région de La Guajira, point le plus au nord de l’Amérique latine aux terres arides et sauvages, parsemées de criques turquoises et de dunes de sables, ses habitants de la communauté Wayúu d’une amabilité déconcertante et ses poissons frais en abondance dans nos assiettes.

 

À ne rater sous aucun prétexte.

 

 

 

Le petit village de Barichara aura aussi été un vrai coup de cœur, un rythme au ralenti, de nombreux et agréables cafés et restaurants, des chemins de marches dans un climat chaud et sec pour un arrêt dans le temps, planté là au creux de la Cordillère Orientale.

 

 

Aussi je repense à la magnifique laguna de Guatavita remplie d’histoire et peut être encore remplie d’or, au nord de Bogota, lac sacré des indiens Muiscas mais malheureux lieu de croyance de l’ «El dorado» pour les colons espagnols.

 

Ou au paramo de Oceta à l’est du pays, plateau à l’ecosysteme humide atypique exhibant ses impressionnants frailejones; au parc Tayrona sur la côte Caribéenne, ses plages sauvages et sa végétation tropical.

 

 

Au parc de San Agustin et ses mystérieuses statues vieilles de 2000 ans ou encore cette visite de la Finca de Café Las Acacias à Salento guidée par ses sympathiques propriétaires. Et j’en passe. Tant de lieux incroyables, de moments de contemplation y d’émulation devant toutes ces choses si magiques.

 

 

 

On ne peut pas non plus passer à côté de l’importance et de la richesse culturelle des grandes villes comme Bogotá, Medellin ou Santa Marta, villes aux milles couleurs et a l’animation absorbante.

 

 

 

Je repense entre autre au superbes musée national, Botero et de l’or à Bogota avec lesquels vous apprendrez énormément sur l’histoire et la culture du pays, au si beau Museo de Arte Moderno de Medellin le lendemain d’une chouette nuit de fête rythmée de cumbia, bachata et champeta ou bien au génial festival de courts métrages de Bogotá.

 

 

L’offre culturelle étant si diversifiée que vous trouverez sans aucun problème quelque chose à votre goût.

 

  • DES FRUITS, DES FRUITS, ENCORE DES FRUITS

 

La gastronomie étant notre talon d’Achille, notre expérience colombienne n’aurait pas été complète sans goûter aux différentes spécialités colombiennes.

 

Dès nos premiers pas à Carthagène jusqu’à notre sortie du pays à la frontière d’Ipiales dans le sud, nous découvrions une multitudes de spécialités surprenantes et très souvent délicieuses.

 

Le chose la plus marquante aura été sans hésitation l’abondance de délicieux fruits dans n’importe quel recoin du pays! De part son climat souvent tropical, les fruits y poussent comme par magie. Papaye, mangues, fruits de la passion, bananes, ananas, guanabana, chirimoya et d’autres dont on ne se souvient plus du nom ont quotidiennement ravi nos papilles, sans interruptions.

 

En jus ou en salade de fruits, «salpicón» achetée aux sympathiques vendeurs ambulants et préparé sur l’instant, ce fut chaque fois un moment de pur régal que de savourer ces fruits remplis de sucres naturels au gout inoubliable, très souvent d’ailleurs cultivés de façon naturelle.

 

Mais aussi les spécialités salées comme les arepas au fromage ou nature, les papas rellenas, les perros calientes (hot-dog colombien), les tamales (préparation à base de farine de maïs farcie de ragout de viande et cuit enveloppé dans des feuilles de bannanier) auront aussi représentés une grande partie de notre alimentation.

 

Nous étions également friands de tous ces menus copieux du midi, composé d’un jus naturel, d’une soupe puis d’un plat bien consistant souvent garni de riz, lentilles, banane plantain et du poulet à la plancha, avec parfois des arepas, pour la modique somme de 7,000 pesos colombien! Un régal.

 

Après toute ces découvertes et presque deux mois de voyage, c’est à Bogota que nous avons décidé de nous offrir un bon restaurant. En donnant toute notre confiance à nos amis Franckly et Giovanna, ils ont fait le choix de nous faire découvrir le restaurant Mini-Mal dans le quartier de Chapinero.

 

En pesant mes mots quant à sa description, une merveille gastronomique. Nous y avons dégusté les plats crées sur mesure à partir de produits frais colombiens uniquement, avec un service extrêmement bon dans un cadre design et travaillé avec authenticité. Autant dire un sans faute pour une expérience gustative inouïe.

 

C’est avec une grande émotion que je me remémore ces petites choses qui ont fait de notre traversée de ce fabuleux pays une formidable expérience.

 

Nous ne pouvons aujourd’hui que vous recommander d’intégrer la Colombie à votre liste de voyages, sans quoi vous rateriez une expérience si chaleureuse et criante d’humilité, de couleurs vives et de sourires. Quelque chose de magique.

 

Robin Pueyo

Robin Pueyo

Viviendo en el sur de Francia en Toulouse desde niño, trabajo en comunicación de organizaciones y soy un gran entusiasta del descubrimiento de nuestro hermoso planeta y de todas aquellas personas que lo habitan.

Instagram: @robinpgrs

Poco a poco mi visión general se está moviendo hacia el deseo de crear, trabajar a mi manera para un mundo más justo, respetuoso y tolerante. Es hoy lo que alimenta cada vez más mis acciones y me motiva a participar para recrear el sentido, para llevar mi piedra al edificio de un cierto tipo de educación, de enriquecimiento colaborativo a través de mi práctica de la fotografía y de mi trabajo como comunicador responsable.

-> Shop online <-
[x]